Dans la PRESSE

Table Libre

La rue Grimaldi a de la chance. Deux bonnes tables voisinent à quelques mètres l’une de l’autre. Même esprit, même famille, même trottoir, mêmes terrasses. A Séjour Café, Nicolas Mendjisky, treize ans auprès de Christian Plumail, est un peu l’expert en Méditerranée quand David Angelot, ancien de Passard, Robuchon ou Pacaud, est le pro de Mon Petit Café.


Charme et intimisme urbain (ph. JG)
Pur niçois, Nicolas interprète une «cuisine française» d’essence sudiste. Le carpaccio de Saint-Jacques ou la raviole de crevettes, le bar aux pommes «comme à Saint-Malo», la joue de bœuf et gnocchis ou un «croustillant des îles» tout en fraîcheur (tartare mangue-citron vert, écume de noix de coco au malibu, sorbet banane)… l’assiette ne joue pas «je suis si belle en ce miroir», elle est lisible et savoureuse, présentée à l’ardoise par un service cool et à l’écoute.


Carpaccio de Saint-Jacques (ph. JG)

Ravioles de crevettes (ph. JG)

Bar aux pommes (ph. JG)
Séjour voyage, mais en terre connue, passant de la brouillade de truffes noires au risotto de homard, du bar au fenouil au porcelet laqué et polenta crémeuse. Plus bourgeoise que bobo mais sans incompatibilité de générations, la clientèle apprécie cet équilibre. Elle est en majorité, et à l’année, du quartier, de la ville et alentours et goûte en confiance cette cuisine du marché, sourcée et régulière. Alors, que le guide Michelin l’ait évincée de ses pages cette année met en pétard Renaud Geille, le propriétaire de Séjour. Il a vu rouge et l’a fait savoir à Bibendum. Stupeur et tremblements…


Marylène, le chef et Pepito (ph JG)
Avec son mur aux beaux livres et objets collector, ses photos de Churchill ou des Rolling Stones, j’aime, pour ma part, ce lieu pour son charme, son intimisme urbain et sa droiture culinaire. Sans doute parce que son décor de loft élégant est signé par Marilène Geille et sa fille Marina, on dit enfin que l’adresse est «féminine». Tendre accueil et vaillante cuisine, voilà qui change de celles qui ont le cœur sec et l’assiette casanière.

gillespudlowski.com

Une découverte niçoise d’Alain Angenost, notre correspondant de la côte d’Azur

Toute l'équipe © Alain Angenost
Toute l’équipe © Alain Angenost

Nice, retour gagnant pour Marina Geille qui a de qui tenir avec des parents comme Marilène, RP d’une célèbre maison de champagne et Renaud, breton de St-Malo, passionné de cuisine par sa grand-mère Mélanie, une véritable anthologie du homard. Après une belle carrière chez Unilever comme directeur Afrique, ce grand bourlingueur, devenu consultant pour PME, se lança dans la restauration avec un seul thème : la mer. Après une première ouverture réussie, le Bistrot du Port à Quiberon, le Sud l’attire et c’est à Menton qu’il crée les Viviers avant de les installer à Nice. En 2006, il les revend pour être plus près de son épouse.

La salle à manger © Alain Angenost
La salle à manger © Alain Angenost

Leur fille, Marina, dans la communication à Paris, mais ayant toujours baigné dans cette atmosphère, voulait revenir à Nice auprès de ses parents pour y créer un restaurant qui lui ressemblerait. C’est dans l’idée de recevoir comme à la maison, dans un décor original, tapissé de bonne humeur, de sourires à gogo, en partageant de bons vins et de belles assiettes que ses parents trouvèrent l’idée astucieuse et décidèrent de l’aider. À ses côtés, elle peut compter sur sa charmante maman à la bonne humeur communicative. En cuisine, elle a recruté une petite équipe motivée avec à leur tête pour sa première place de chef, Thomas Prod’homme, ancien second de Nicolas Sale, aux Pécheurs du Cap d’Antibes et du K2 à Courchevel. Dans ce Séjour parsemé de livres et d’objets aimés, on s’y sent bien et la cuisine n’a rien à cacher.

Pavé de colin © Alain Angenost
Pavé de colin © Alain Angenost

De là, sortent de belles assiettes, fraiches et ensoleillées, velouté de pomme de terre avec œuf de caille, tartare de saumon frais, verrine de courgette et brousse, risotto aux légumes, pavé de colin et lentilles, filet de daurade et fondue de poireaux, thon à la plancha, potiron et fenouil, magret de canard de la ferme, croustillant de rognon de veau et desserts de saison, gourmande tarte aux pommes et craquant Paris-Brest façon macaron. Vous voulez des moments chaleureux, alors directement de la cuisine au séjour de Marina, vous n’oublierez pas l’adresse.

Le Petit Lu Gourmand

Le séjour Café est une adresse de Nice à garder précieusement dans son carnet et qui est, avant tout, une belle histoire de famille : celle de Renaud et Marilène Geille et de leurs enfants Marina et Robin. Tous les quatre ont la même ferveur de la cuisine, du partage et du bien recevoir; tous ont arrêté des carrières établies, que ce soit dans la communication pour des maisons prestigieuses ou à la direction d’une multinationale. Cette passion, ils la doivent à Mélanie : la grand-mère bretonne qui leur a donné l’amour des beaux produits de la mer et du bon.

L’aventure gastronomique commence à Saint-Malo avec l’ouverture du Bistro du Port, puis continue à Menton et à Nice avec Les Viviers. En 2006, Renaud Geille revend ses établissements et, quelques temps plus tard, naît Le Séjour Café de l’envie de Marina ( la fille ) de créer un lieu chaleureux et à part ( plus tard naîtra juste à côté Mon Petit Café géré par Robin, le fils ). Tous décident d’unifier leur énergie et enthousiasme à la réussite de ces projets avec une identité non pas de restaurant, mais d’un appartement convivial aux étagères remplies de livres, de bibelots, de photos de famille et de souvenirs. La cuisine ouverte, au fond de la salle, offre la possibilité de vivre l’action en toute discrétion sans aucune nuisance.

Gaultmillau.com

Comme chez son frère du Petit Café, ce Séjour se passe agréablement, avec une équipe aussi bien rodée et un chef aussi solide, Nicolas Mendjisky. Il y propose une ardoise de même esprit, avec heureusement quelques variations, qui permettent aux clients fidèles d'aller de l'un à l'autre sans jamais se lasser : poulpe guacamole et tequila, risotto de homard breton porcelet laqué cerises et polenta, courbine rôtie au parfum de bouillabaisse. Une belle expérience cette année, proche des deux toques.

Réservez une Table

Pour réserver contactez-nous par email ou appelez-nous:
Email: sejourcafenice@gmail.com
Phone: 04 97 20 55 36

11bis Rue Grimaldi, 06000 Nice
Voir sur le Plan et son itinéraire

du Jeudi au Lundi , Déjeuner et Diner